Les légions de poussière

Origine du roman

Il y a six ans, j'écrivais un roman que je détestais.

C'est maintenant quelque chose à la fois rare et commun à la fois pour moi. Je m'ennuie de presque tous les livres sur lesquels je travaille au bout d'un moment, généralement durant le processus de révision. Je continue et je fais avec. Ce que tu dois faire en tant qu'écrivain. Le temps que j'en termine avec la révision, je suis fatigué du livre - mais c'est un bon type de fatigue. La fatigue du type "j'ai travaillé dur, et j'ai maintenant quelque chose de magnifique à montrer".

Ce n'était malheureusement pas le cas pour ce livre. Appelé "the Liar of Partinel", chaque chapitre était une vraie corvée à écrier. Bien qu'il ait très bien commencé, il a commencé à s'enfoncer de plus en plus. J'étais assez familiarisé avec mon propre travail d'écriture à cet époque pour réaliser que les problèmes avec Liar n'allaient pas se résoudre. Les personnages étaient ennuyeux, l'intrigue forcée. Les éléments de base de cet univers n'allaient pas s'imbriquer ensemble.

Cela faisait des année que je n'avais pas eu un aussi mauvais sentiment au sujet d'un roman. (La dernière fois c'était avec Mythwalker, mon 6ème livre non publié, que j'ai abandonné en plein milieu). Je suspecte qu'une partie du problème provient de mes attentes. Liar se situait dans le même monde que Dragonsteel, et devait être l'histoire de l'origine de Hoid, le personnage qui apparaît dans tous mes romans prenant place dans la Cosmère (plus d'informations ici, attention aux gros spoilers).

L'histoire de Hoid devait être épique et magnifique. Mais elle ne l'était pas. J'en suis arrivé à me "cacher" de roman et à travailler sur quelque chose d'autre à la place.

The Rithmatist. J'ai commencé avec quelques dessins et une semaine purement créative à esquisser l'univers, les personnages, la magie. Cette semaine, c'est tout à fait ce qui m'a fait devenir écrivain en premier lieu, c'est en contraste total comparé à ce qu'était devenu Liar. J'ai abandonné le livre et plongé dans the Rithmatist (alors appelé Scribbler), et écrit un livre où tout s'assemble parfaitement. Ça arrive parfois. Ça fonctionne juste, mais je ne peux pas expliquer pourquoi.

J'ai terminé le premier brouillon du livre à l'été 2007. A l'automne, j'ai reçu un appel concernant la Roue du Temps, et mon univers s'est transformé à jamais. The Rithmatist, bien que ce soit un super livre, a langui pendant des années car je n'avais pas de temps à lui consacrer. Faire une tournée et signer un contrant pour dix romans m'était impossible à ce moment-là, et au-delà de ça, je ne pouvais pas m'engager à écrire une suite ni même à réviser le roman.

J'en ai parlé à Tor (NDT : son éditeur) et ils ont commencé à s'énerver (to get excite). L'éditeur a tenté plusieurs fois de me le faire sortir, mais je ne pensais pas que c'était le bon moment. Je ne pouvais pas diviser mon attention en ce moment. J'étais déjà trop étiré, et je voulais que mon attention (et celle de mes lecteurs) soit fixée sur la Roue du Temps.

Le mois où a Memory of Light fut terminé, j'ai appelé Tor pour leur dire qu'il était temps d'aller de l'avant. Je suis heureux de pouvoir publier le livre maintenant, et ainsi lui offrir l'attention qu'il mérite.

Et j'espère un jour pouvoir arranger the Liar of Partinel. (A ce stade, je pense que je vais devoir le réecrire comme un récit à la première personne, mais ce changement va provoquer une armée de problèmes)

Quoi qu'il en soit, merci beaucoup de m'avoir lu ! J'espère que vous avez apprécié the Rithmatist.

Source - Texte traduit par François